lundi 8 février 2016

Elle voit des ananas partout



La femme sardine



Ah Ah Ah
Ananas
Tu te crois le roi avec tes trois A

Et des ananas jusqu'à plus soif , en gâteau, en cheesecake, en jus pour lutter contre la toux, en tableau, en accessoire photo, en décor, en papier peint, sur ce board Pinterest ici.

Enjoy !














dimanche 7 février 2016

Point Mousse




(l'autre jour cette femme dans le train. La cinquantaine soignée, cheveux courts et rouge à lèvre vif. regard décidé, verbe clair et voix posée. De belles mains qui n'ont pas peur de vivre et un pull spectaculaire. Rouge éclatant, point mousse, col rond. Je me glisse à une place à côté d'elle, aimantée)

Point Mousse comme une écharpe jamais terminée. Commencée en cours de tricot en 9ème (*), chaque rang montant plus lentement que le précédent, progression freinée par l'incompréhensible irruption de trous entre deux points qui obligent à défaire et à recommencer. Impression d'être une Pénélope de 9 ans, attendant un Ulysse visiblement occupé à autre chose. Sentiment d'impuissance, amplifié par l'apparente et déconcertante facilité avec laquelle la prof - ma mère pour ne rien arranger, monte les rangs à la vitesse de la lumière.

Un pull  fait main. Incongruité au milieu d'un quotidien millimétré, habité d'ondes et d'octets du lever au coucher. Le choix de la laine, le calcul du nombre de pelotes, la sélection des aiguilles et le patron sur un papier fin plié dans le sac à ouvrages. Cette fois ci ça ira vite : pas de motifs, un point simple, des grosses aiguilles. Mais quand même les heures à monter les rangs, compter et réduire les côtes.  Devant la télé ou au coin du feu en écoutant la radio. Et puis assembler les manches, les côtés, le col. Les essayages devant la glace. 







(*) oui, un jour, les élèves de CE2 (on disait 9ème) ont eu des après-midis de tricot. Des heures de cuisine aussi.

jeudi 4 février 2016

La super superette



Le "jean claude" façon cake Vandamme 


Non, je ne suis pas obsédée par l'alimentation et la diététique, pas du tout. Je ne vois pas pourquoi je le serais d'ailleurs, c'est vrai qu'en ce moment les médias ne ruissellent pas du tout de reportages chocs et de révélations fracassantes. Nous ne vivons pas dans un monde pourri jusqu'à la moelle de pesticides et d'engrais et de graisses polysaturées, c'est rassurant.

Dans cette ambiance follement gaie et positive, je vous propose un site qui l'est pour de bon. La super supérette se propose de revisiter toutes les recettes de produits transformés qu'on adore à notre corps défendant : cake savane, crème anglaise et Flanby.... Tous ou presque, renommés, revampés et sacrément bons.

Le site et les deux livres de cuisine éponymes sont le fruit de la collaboration d'une graphiste, Mélanie Guéret, et d'une journaliste, Lucie de la Héronnière, qui ont l'air drôlement chouettes.

En tous cas, moi qui suis une bille en gateaux fait maison, j'applaudis des deux mains.



dimanche 31 janvier 2016

Vade retro hivernas




Il parait qu'on quitte le mois le plus déprimant de l'année, c'est une bonne nouvelle. C'est vrai que février commençant par des crêpes, on sort enfin du commandement "fais ta détox" de janvier, et tout à coup, on se sent déjà beaucoup mieux.

Si malgré tout vous avez envie de vous faire du bien sans renoncer au bon, voici une recette piochée sur le blog des filles de Wonderful Breizh qui elles-même le tenaient du Bistro de Jenna.
Miel, gingembre, thym frais et citron bio + un peu d'eau
On mélange on met au frais
C'est tout
A prendre en sirop à jeun ou en tisane dans un verre d'eau chaude.
Canon pour les maux de l'hiver et le manque de patate, parait.

Ya plus qu'à.
Bonne semaine et prenez soin de vous






mercredi 27 janvier 2016

En être ou pas





Si j'étais dans la mode et que je considérais le front row comme une extension de mon salon, alors je porterais de la fourrure et une nuisette en dessous, des grandes lunettes de soleil miroir, sans trop me soucier ni de la luminosité, ni de la température, et j'avancerais à une allure de sénatrice en balançant mes hanches un peu fort (pour que le mouvement se voit malgré la fourrure) avant d'enlacer mon voisin comme s'il était mon amoureux/ma meilleure amie/un très vieux pote.

Si j'étais dans la mode et que je considérais le front row comme un cocktail de boulot, je me moulerais dans un costume de marié hyper bien coupé et je m'offrirais aux objectifs avec bonne volonté, sourire Colgate et épaules en arrière.

Si j'étais dans la mode, je ferais mine de ne pas remarquer la splendeur du décor, la millimétrie de l'organisation, je n'en aurais que pour mes potes, mes relations, mes réseaux et veillerais bien à me lever comme un ressort dès le dernier souffle de model disparu en coulisse.

Si j'étais dans la mode, j'envisagerais de me rendre au défilé avec mon bébé, mes enfants, mes talons de 15 centimètres et je me demanderais lequel de ces accessoires est le plus encombrant.

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours



Dans ta pub

Super sélection de Gabriel Teisson dans son blog "dans ta pub"  de publicités aux visuels chouettement importants. Simple, efficace. Suivez le lien ci dessus. Enjoy !










dimanche 24 janvier 2016

Paye ta tong Hedi



Hedi Slimane diary



Un jour ou l'autre, il y a des détails qui finissent par nous trahir. On a beau se bâtir une belle carapace de légitimité, paf, un jour ou l'autre et comme disait ma prof de français de 1ère d'une voix mélodramatique et un peu snob ,"le vernis craque"

Prenez Hedi Slimane par exemple.
Un couturier à qui on doit le retour en grâce des silhouettes androgynes, du pantalon surslim y compris pour les garçons et de la glamourification du look cinq heures du mat j'ai des frissons, je claque des dents et je monte le son.
Collection après collection, le tableau se précise et s'enrichit par des travaux photographiques publiés partout. et d'abord sur son journal de bord.
L'affaire est entendue.
L'univers est dark et rock.

Mais voilà le couturier qui rejoint la maison Yves Saint Laurent, traine ses égéries habituées au fog londonien et tout le bureau de style sous le soleil de LA, Californie.
Tiens, tiens.
Pourtant le décor reste noir et blanc, le collant filé et les yeux toujours aussi fatigués.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin