vendredi 17 juin 2011

Marche et rêve




J'essaie de travailler pendant que mon hamster tourne dans sa cage autour de moi.

Avec une grâce toute personnelle, les jambes légèrement fléchies, les bras en étoile. De chaise en fauteuil de mur en canapé. Attention, chute lourde sur les fesses. Rétablissement rapide ponctué de discussions brillantes en deux syllabes et une voyelle. 
Divines surprises sur le chemin, saisies d'une main pendant que l'autre arrime fermement un point d'ancrage sûr. Miam, une télécommande. Divin, le magazine. Extatique le sac à main avec ses mille trésors empilés. 
Sans surprise, plus la capture est fragile, précieuse, irremplaçable et plus le bonheur est grand et les manifestations de joies débordantes.

Obstacles insurmontables et insupportables.
Marguerite brimée par une porte fermée. 
Et c'est Mozart qu'on assassine, Pikachu qu'on teint en brune, Jeanne sans Nutella. La fin du Monde.
Un drame.
Ponctué de grosses larmes et de borborigmes rageurs - toujours en deux syllabes et une voyelle.


video

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin