dimanche 30 juin 2013

Top 10 des trucs de l'été qu'on aime



Carlotta et Rosita en Volvo


(A part courir sur la plage en riant à gorge déployée en pantalon blanc et t-shirt avec nos prénoms dessus bien sûr)

1. sortir de sa douche et plonger dans son placard pour en exhumer son short en jean. Le trouver, l'enfiler, même froissé (il était vraiment au fond du placard) avec un grand soupir de bonheur

2. prendre un verre, mettre des glaçons dedans et les entendre tinter

3. décider d'inviter des copains à un apéro à 18 heures un dimanche soir. Savoir qu'il va se terminer à 22 heures alors que demain ya école et n'en ressentir aucune mauvaise conscience

4. réveiller les enfants à 7 heures 58 pour un départ à l'école à 8 heures 15. Bourrer leurs poches de Pepito pour faire petit déjeuner

5. prendre un verre, verser de l'eau dedans, puis des glaçons, les regarder fondre quasi à vue d'oeil

6. lire les pages littératures de magazines qu'on ne regarde jamais l'hiver et faire une liste de tout ce qu'on va emporter sur le lit d'extérieur entre 14 heures et 16 heures quand il fait trop chaud sur la plage mais juste pile bien sous les pins

7. sortir le blender, souffler dessus pour enlever la poussière et penser faire des smoothies verts détox avec des épinards, de la menthe et du lait d'avoine.

8. décider que finalement les t-shirts tie and dye retour de Goa qui explosent de couleurs façon délire psychédélique c'est envisageable.

9. re-découvrir ses pieds, voire même finir par les aimer

10. décider que le vin rosé est une boisson acceptable dès 17 heures.




jeudi 27 juin 2013

On est des parfaites Plagista


Malicious Glamour

Avec ma copine quand on est en vacances on est comme ça.
On se maquille à mort les yeux, on bois du thé Earl Grey dans de l'argenterie, on mange un demi-pamplemousse en faisant des étirements et après ...



Vogue Covers As a Reason To Live


on change de maillot pour pouvoir plonger de 5 mètres tout en sirotant un smoothie plein de spiruline, de yuzu frais et d'ananas.
Tout ça sans jamais nous départir de notre regard intelligent et concentré.
Jamais
Avec ma copine on est des parfaites plagista.
Pas vous ?



(En vrai, je me bouche le nez quand je saute dans l'eau, j'adore les Pepito trempé dans le Twinings sachet mousseline, je vais jamais à la plage avec ma montre parce que je veux pas la rayer et je bois de l'eau. Mais je suis une vrai plagista quand même)



mercredi 26 juin 2013

Le livre




Ya foultitude de bouquins, de blogs, d'émissions de télé marrants et décomplexés qui expliquent the dark side des petits bébés, des petits bouts de gars et de filles, des minots qui entrent au CP et qui gravissent en sautillant (ou pas) les marches jusqu'au CM2. Pour les parents  c'est un échappatoire et un réconfort, ces témoignages grinçants de collègues qui aiment leurs enfants à en crever, au moins autant qu'ils rêvent de vacances, loi, si possible sur une île déserte interdite aux moins de 18 ans.

Mais lorsqu'arrive l'adolescence, finit de rire, on a juste le choix entre tous les manuels de doctes pédopsychiatres qui nous expliquent l'inévitable vérité : oui, cet enfant qu'on a porté (oui, même les pères portent même si ça se voit moins, quoi que), vu naitre,  nourri de bio et habillé en Bonton, qui criait sa joie chaque soir quand on franchissait la porte, devient un drôle d'étranger qui nous échappe.

Là les parents ne disent plus rien, ne partagent plus rien, ne rigolent plus en se tapant sur les cuisses
Ils sont trop occupés à se demander ce qui se passe entre chaque éclaircie où ils retrouvent leurs chouchous parfaits.
De quoi faire une littérature très poilante là aussi pourtant.


On pourrait reparler de cet étrange sentiment de retour (en arrière) :
des réveils nocturnes ( se lever pour aller les chercher à leurs soirées),
des lessives de linges à répétition (vêtements grands + coquetterie + accumulation de vêtements en tas dans coin de chambre qui tout à coup apparaissent au pied de la machine),
alimentation à la demande,
jet lag (confond le jour et la nuit),
difficultés de compréhension orale ET écrite (au profit d'un idiome compressé en mode Fast Forward)

(...)



lundi 24 juin 2013

Imagine, c'est l'été


Apartment Therapy
Imagine...

Imagine que la journée a été belle, le soleil a brillé, le ciel était bleu. Il faisait juste chaud, juste assez pour apprécier de rester la tête à l'ombre et le les jambes au soleil, à siroter un thé glacé finalement plus trop glacé.

Imagine qu'on a trainé toute l'après-midi après le déjeuner. Certains se sont endormis alors on a parlé à voix basse, paresseusement pour ne pas les réveiller. Et d'autres sont descendus jusqu'à la plage se baigner avant de remonter en courant, le sourire plein de sel et les cheveux mouillés.

Les petits ont fini par se réveiller et sortir de la maison en couches en clignant des yeux, un doudou dans une main et l'autre en visière, avant de courir vers leur mère pour quémander un verre d'eau et une pêche qui dégouline entre leurs doigts.

Et puis on s'est dit qu'on n'allait pas se quitter comme ça, alors on a remis la table pendant que les petits dinaient dans la cuisine, ivres de fatigues et de courses, prêts à se coucher en râlant avant de s'endormir en deux minutes

On a trouvé des bouteilles de rosé encore fraiches et on s'est remis à table dans la fraicheur du soir. Allumé des bougies à la citronnelle et refait le monde, encore.

Imagine qu'on s'est quittés à la nuit noire, après avoir remis nos chaussures et senti les grains de sable râper sous la plante des pieds, qu'on s'est embrassés, qu'on s'est promis de revenir vite.


Imagine que c'est l'été.




dimanche 23 juin 2013

English vocabulary : outcast


Conjunto Universo



outcast |ˈoutˌkast|nouna person who has been rejected by society or a social group.adjectiverejected or cast out: made to feel outcast and inadequate.


Quand on est ado on se sent forcément outcast, out-cast, hors casting à un moment ou un autreEt de voir d'autres compagnons de bizarrerie nous rassure et nous conforte dans notre état.Pendant un petit moment, c'est CharlElie Couture, sa drôle de tête et ses chansons douce-amères qui  a été ce compagnon de freakitude.J'écoutais en boucle sa voix éraillée et ses textes à tiroirs, en me disant que la vie était vraiment compliquée. Et puis j'étais un peu fière aussi d'aimer un chanteur pas forcément populaire qui malgré son immense succès et son avion sans aile ne semblait pas intéressé par la gloire des plateaux télés et la recherche de l'esthétisme calibré. J'étais ado et out cast, je me cachais pour écouter Duran Duran et j'affichais CharlElie dans ma chambre.J'avais une grande affiche de concert dans ma chambre. Canon, très graphique, à dominante bleue avec son nom écrit en jaune; barrant comme un éclair une photo de nuit. Une affiche qui plaisait tellement à ma grand mère qu'elle avait demandé à avoir la même dans sa cuisine.
Les années sont passées et j'ai oublié CharlElie qui lui est parti à New York poursuivre une carrière d'artiste protéiforme. L'affiche a disparu de mon mur et j'ai caché mes cassettes audio en bas d'une armoire.
Et je suis passée à autre chose.
Ce matin, j'ai entendu cette Marseillaise là en sortant de ma douche. Et ce sont 1000 souvenirs de dimanches sans fin à l'odeur de feu de bois, entre devoirs de maths et Mac Gyver qui sont remontés dans ma tête. 






PS : La ville de Nancy rend hommage à l'oeuvre de CharlElie Couture cet été

jeudi 20 juin 2013

Milk Décoration, style et inspiration pour la famille contemporaine



Ya les magazines de déco
Et il y a MILK décoration

Océan de bon goût, aucun meuble hérité d'une grande tante (pas très beau mais qu'on aime quand même), pas de Playmobil par terre, pas de poussière, pas de papiers sur la table qui attendent d'être rangés, pas de miettes, ô non aucune miette mon dieu, dans la cuisine

Des enfants qui s'appellent Chantal ou Wes
Des femmes qui sont super powerful dans leur multinationale glamour et des hommes (souvent) photographes

Du name dropping comme s'il en pleuvait

Des maisons immenses où on peut recevoir plein d'amis sans chichis et sans serviettes de bain dépareillées

Pas de moustique ni d'araignées. De la belle pluie et du soleil éclaboussant

Comme une sublimation de la vie de famille.
Une invitation à prendre des grands sacs, un tamis à petit trous et se débarrasser de tout ce qui ne passe pas à travers. Tout ce qui n'a plus sa place et salit les yeux.



mercredi 19 juin 2013

Sur la tête



Photo by Carlotta


Alors moi je veux bien ne pas faire de mauvais esprit,
me concentrer pour garder à l'esprit que les industriels nous veulent du bien
que leur imagination sans limite est entièrement au service de nos besoins - même ceux que l'on ne sait pas encore nommer


Mais là.
C'est une torture.


Captain Iglo qui PECHE du poulet ?
Alors mon petits gars, déjà qu'on avait du mal à avaler que tu pêches du poisson carré avec du pané dessus (alors qu'on sait bien que la panure fond dans l'eau, hein)
Mais alors là du poulet ?

Tu pêches du poulet ?



mardi 18 juin 2013

We will survive


O


Right ?



je me demande ce qui est le plus agaçant. Ce gif (on dit jif et pas guif, hein vous vous souvenez ?) sans fin ou bien cette chanson, traduction d'une chanson italienne particulièrement irritante et en même temps irrésistible


"A la radio il y a poussin (x2)
Et le poussin Piou (x6)
A la radio il y a une poule (x2)
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x5)
A la radio il y a un coq (x2)
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x4)
A la radio il y a une dinde (x2)
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x3)
A la radio il y a un pigeon (x2)
Et le pigeon roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou 
Et le poussin piou 
Et le poussin piou 
Et le poussin piou 
A la radio il y a un chat (x2)
Et le chat Miaou
Le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x3)
A la radio il y a un chien (x2)
Et le chien Ouaf Ouaf
Et le chat Miaou
Le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
Et la poule cot cot 
Et le poussin piou (x4)
A la radio il y a une chèvre (x2)
Et la chèvre bêê
Et le chien Ouaf Ouaf
Et le chat Miaou
Et le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x3)
A la radio il y a un agneau (x2)
Et l'agneau Mêê
La chèvre bêê
Et le chien Ouaf Ouaf
Et le chat Miaou
Et le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x4)
A la radio il y a une vache (x2)
Et la vache Meuh
L''agneau Mêê
La chèvre bêê
Et le chien Ouaf Ouaf
Et le chat Miaou
Le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x5)
A la radio il y a un taureau (x2)
Et le taureau Muu
La vache Meuh
L'agneau Mêê
La chèvre bêê
Et le chien Ouaf Ouaf
Et le chat Miaou
Et le pigeon Roucoule
Et la dinde Glou glou
Et le coq cocorico 
La poule cot cot 
Et le poussin piou (x4)
A la radio il y a un tracteur (x2)
Et le tracteur Bruum
Le tracteur Bruum
Le tracteur Bruum
Et le poussin.. (crouic)
Oh oh ! "


lundi 17 juin 2013

L'appel de la jungle


Jungle fever


Je comprends
Parfois à force d'être une icône, la pression est trop forte et on dérape.
Juste un petit grain de sable dans une mécanique bien huilée, une micro tâche de ketchup au milieu d'un t-shirt blanc, là, pile à la place du coeur

Personne n'est à l'abri de cet trou noir qui apparait de nulle part et vous happe.
Là, c'est une peau de bête
Je comprends

Tu marchais les pieds nus sur la dalle noire et usée de ton chalet du Wyoming. 
Une cahute luxueusement dépouillée, loin des photographes et de Hollywood.
Il faisait chaud et tu avais juste enfilé un pantalon de toile beige au saut du lit pour aller voir le soleil se lever derrière les montagnes
Un matin encore frais dans une journée qui s'annonçait lourde et moite

Les pieds nus sur la dalle noire, de la chambre à la porte fenêtre
Et devant la cheminée, sur ta droite, la tête endormie pour toujours du puma chassé il y a bien longtemps par l'ancien propriétaire du chalet, un vieil original, dingue de chasse et de safaris
Une peau de bête mitée abandonnée devant le foyer et que personne ne regardait plus
Le cerveau encore embrouillé de sommeil, les yeux éblouis par les rayons du soleil
Tout à coup tu as eu envie de mettre la peau de ce pauvre cougar sur ta tête

Bien sûr
Je comprends ça
On a tous besoin de faire un câlin à ses tapis, c'est humain

La peau rêche contre la peau nue de ton dos, la tête lourde sur ton épaule, tu es resté là face au soleil, à goûter la fraicheur du matin
Et puis tu t'es retourné au moment ou Bill est sorti de la cuisine.
Sans rien dire, il a saisi son Leica et t'a demandé de prendre la pose
Et toi tu l'as fait
Bill est un vieux pote, c'est normal, et puis c'était une chouette idée de photo.

Après tu as jeté négligemment le cougar à sa place et vous êtes allés prendre un café face à la montagne, en attendant que les autres se réveillent et que vous puissiez la faire, cette ballade à moto sur les hauteurs.

Normal.



dimanche 16 juin 2013

Philo dans le jardin



A vue de nez, les genoux dans la terre et des gants trop raides sur les mains, alors qu'on a la tête un peu en bas et le cerveau libéré de toute sollicitations parasites, tout à coup ya des trucs qui sautent aux yeux :

(et mon animisme latent - celui qui m'avait fait des cauchemars après avoir tranché en 2 un lombric un jour de colère de 1977, en profite pour revenir à la vitesse d'un cheval au galop de la marée du Mont Saint Michel)

Le nez dans la terre donc, je constate :
Que les grandes plantes sont parfois celles qui ont les racines les plus fragiles
Que parfois, de mauvaises herbes mangeuses de nutriments peuvent recouvrir des robes flatteuses et manger ainsi la laine sur le dos de jolies fleurs plantées avec amour
Que le sol regorge d'escargots, de limaces grasses comme des loukoums et que cette somme d'animaux lents et pas beaux réussissent quand même à faire des dégâts considérables dans leur territoire en open bar grâce à une météo particulièrement généreuse.

et aussi
Qu'il vaut mieux porter des gants avant de commencer
Qu'il vaut mieux ne pas être allergique au pollen





mercredi 12 juin 2013

Un voyage particulier


Wit and Delight

(sur un livre :  Anne-Dauphine Julliand "Une journée particulière")

Il y a une semaine pile, ma running-partner du mercredi m'a chaudement (on en était à 8 kilomètres quand même) recommandé la lecture d'un livre.
L'histoire d'une fille qui a perdu un enfant, qui en a tiré un témoignage best seller et qui récidive aujourd'hui.

Je ne suis pas très à l'aise avec les livres qui me confrontent à des drames irréversibles - pas envie de me rouler dans le malheur des autres avant de reprendre un Pepito, pelotonnée dans mon bonheur domestique et mon canapé.

Mais je ne veux pas contrarier Perrine
On est encore loin de la maison et si elle boude ça va me paraitre très long

En plus, l'auteur du livre est la soeur d'une copine de Perrine et bien évidemment au bout de 55 minutes de sable et de poussière, les copines de mes copines sont mes copines
Et Perrine me parle d'un livre lumineux, généreux et ça m'intrigue tellement ces deux qualificatifs me paraissent absurdes dans cette situation.
L'absurdité au bout de 55 minutes de sable et de poussière ça me parle

Je passe au Monop', j'achète. Le visage très madone-like de l'auteur m'accompagne au fond du panier et semble approuver mes achats de coton tige et de tomates.

Le lendemain matin, sitôt assise dans le train, j'ouvre le livre en me demandant encore un peu pourquoi

Après pendant 5 jours, matin et soir, je lis comme je prendrais mes gouttes, à petit dose, moitié pour le faire durer et moitié pour avoir le temps de digérer les tombereaux d'émotions qui me tombent dessus. L'histoire est tragique et semble sans fin, la famille est durement touchée.
On sent toute la tristesse et la douleur de la famille. Le besoin de trouver du réconfort dans la foi, dans les poèmes et la musique, les citations et les maximes, les petites lumières de chaque jour
L'incroyable sagesse du grand frère de 10 ans dont on espère qu'il ne perdra jamais sa spontanéité.
Mais on on comprend vite que cette histoire n'est pas la nôtre et qu'elle n'est pas l'essentiel.
Elle n'est que le véhicule d'un message, une petite musique qui dérange et qui rassure sur la nature humaine.
Débarrassée de l'ironie et du cynisme quotidien, celui qui nous entoure et nous écrase, l'âme humaine confrontée à l'impensable est pure et indestructible.
C'est une petite lumière comme un phare dans la tempête.

(et bordel, ça fait du bien)




mardi 11 juin 2013

Boule à facettes



ici


Que celle qui ne s'est jamais prise pour Alex face à sa glace, celle qui n'a jamais rêvé de secouer sa crinière sous la douche, de faire une diagonale en courant avant de terminer en salto avant et pas chassé, de tirer sur son sweat shirt pour dénuder son épaule me jette la première pierre.

La playlist de l'été se précise. 
Après le funky-sexy Robin Thicke et sa playmate hypnotique, Bruno Mars et son (kool and the) gang "treasure", voici HollySiz et son très Moroder-like "Come back to me"


Baby, cet été, investis dans des talons dorés et un slim taille haute.
(ou des chaussures de jogging. Ou les deux)






lundi 10 juin 2013

châtain, écarlate, rose, vermeille, pourpre, rose incarnat, mauve, violet, fauve







Je vais arrêter les histoires de Babar et attaquer directement le Bled, d'accord ma chérie ?



"Seuls s'accordent les adjectifs de couleur constitués d'un seul mot s'ils ne sont pas dérivés d'un nom (comme par exemple : beige, bleu, vert, etc.).

"Les adjectifs de couleur dérivés de noms employés comme adjectifs (comme par exemple : Bistre, brique, carmin, crème, garance, grenat, indigo, marron, nacre, noisette, orange, pastel, pervenche, sépia, turquoise, vermillon, etc.) ne s'accordent jamais, sauf dans le cas de quelques exceptionsqu'il faut connaître (comme par exemple : châtain, écarlate, rose, vermeille, violet, fauve).

Notez : 'pourpre, mauve, rose, écarlate, fauve, incarnat' devenus de véritables adjectifs varient s'ils sont employés seuls (Il avait les joues écarlates).

La couleur châtain est une double exception, car cette couleur peut prendre la marque du pluriel, mais peut aussi ne pas systématiquement prendre la marque du féminin (une chevelure châtain).

Les adjectifs de couleur dérivés de langues étrangères (comme par exemple : auburn, kaki, etc.) sont invariables.

Les adjectifs de couleur constitués de plusieurs mots (comme par exemple : bleu-vert, bleu clair, gorge-de-pigeon, etc.) ne s'accordent jamais, sauf éventuellement dans le cas d'une exception :
 les  adjectifs de couleur unis par la conjonction de coordination 'et' restent invariables lorsqu'il s'agit d'une seule et même indication (par exemple : des oiseaux vert et bleu), mais s'accordent lorsqu'il s'agit de deux indications distinctes (par exemple : des plumes vertes et bleues, autrement dit des plumes vertes et des plumes bleues), l'absence d'accord dans les cas ambigus ne constitue cependant pas une faute."


In "Français facile" (ah ah)

dimanche 9 juin 2013

English vocabulary : Sucker



youmag


sucker |ˈsəkər|nouna person or thing that sucks, in particular:• a flat or concave organ enabling an animal to cling to a surface by suction.• the piston of a suction pump.• a pipe through which liquid is drawn by suction.informal a gullible or easily deceived person.• (a sucker fora person particularly susceptible to or fond of a specified thing: I always was a sucker for a good fairy tale.informal a thing or person not specified by name: he's one strong sucker.Botany a shoot springing from the base of a tree or other plant, esp. one arising from the root below ground level at some distance from the main stem or trunk.• a side shoot from an axillary bud, as in tomato plants.a freshwater fish with thick lips that are used to suck up food from the bottom, native to North America and Asia.

I always was a sucker for a good fairy tale.

Yep, je sais ce n'est pas follement 2012, ni très bobo, ni très écolo-conscious, ni très girl power. Tout le monde se demande à quoi servent les familles royales, elles sont si peu, semble-t-il à influer sur la politique de leur pays. Elles semblent confinées aux pages sous formol de magazines périmées de salles d'attente de dentiste.

Les familles royales vivent dans une dimension parallèle, entre Gstaadt et la Sardaigne, ont des noms à rallonge et  des métiers mystérieux.
Elles font des mésalliances à tout va où des princesses au sang super bleu épousent des "hommes d'affaires" et des "banquiers suisses" ou des "anciens athlètes de haut niveau", où des princes sur titrés tombent pour des des "roturières exotiques", des "femmes divorcées" .

Les fiancés se marient en grande pompe: les invités rutilants et enrubannés et les femmes soignant la ressemblance avec le contes de fées de Walt Disney jusqu'à demander aux couturiers de copier les robes des princesses sur grand écran.
Jaune pâle, lavande, ivoire, plissés et traines. So 20ème siècle. So Diana.
Pas de décolletés, de dentelles en transparence ni de chutes de reins provocantes mais des écharpes de miss assorties et un sourire modeste sur les lèvres. 
Le premier degré élevé au rang d'art et la couronne portée avec un naturel confondant.

Fascinant.
Même les médias semblent faire la révérence et ressortent pour l'occasion leur plus belle plume sergent major. Les invitées sont "éblouissantes" et "l'ordre dynastique" est respecté, les "petites demoiselles d'honneur sont adorables" et les hommes "très dignes" tandis que les jeunes époux "échangent des regards chargés de promesses".

On imagine des pelouses tondues à la cire orientale, des chapiteaux et des laquais en livrée sous les ors des palais rutilants. Des fontaines de champagne millésimé et des brouhahas distingués sur fonds d'échanges de nouvelles de cette grande famille élastique et croisée.

Un monde sans âge ni saison, aussi rassurant que le bruit du lave linge en début de cycle, les oiseaux dans les arbres et l'odeur de l'herbe fraichement coupée.

Ca doit être à ça que servent les contes de fée.




A lire si vous partagez mon inclination, la revue de presse de tous les articles ici, et le compte rendu chiffons et rubans de Red Carpet Fashion Awards

jeudi 6 juin 2013

Little girl


Whoah-mama
Est-ce qu'un jour on n'a plus envie de se rouler en boule comme ça et de s'abandonner totalement dans ces bras au confort sans pareil ?
Mais si vous le savez comme moi : le ventre moelleux juste ce qu'il faut qui épouse la peau, cette chaleur douce qui monte instantanément et le bruit du coeur qu'on perçoit en collant son oreille. La joue qui se pose sur l'étoffe du buste et l'odeur incomparablement-merveilleuse-unique de la peau qui enveloppe comme un bouclier pare balle pare soucis pare douleur pare maladie.






mercredi 5 juin 2013

Zooey is a cutie




.com/embed/CajPifzYyRs?rel=0" frameborder="0" allowfullscreen>

Assorti à la couleur du ciel.




mardi 4 juin 2013

Le savoir vivre au bureau : les petites notes


maccya


La vie de bureau répond à des règles non écrites dans le règlement intérieur, mais pourtant immuables et destinées à tenter de créer une harmonie propice au travail et à l'épanouissement du salarié. Règles immédiatement bafouées dans la plus grande indifférence par des salariés joyeusement jemenfoutistes en dehors de l'espace vital de leur chaise qui tourne.

Afin de garantir la paix de l'open space et des "espaces de relaxation" "cafétéria" "sanitaires" et salles de réunion aux noms exotiques, de petites fées et gentils lutins, le plus souvent anonymes, veillent à placer dans des endroits stratégique des signes et petits panneaux destinés à rappeler au plus grand nombre... ce qui leur semble important.

Généralement non signée, la note de bureau sera affichée par magie devant l'objet du délit et y restera jusqu'à ce que ses bords se cornent et s'ornent de petits commentaires moqueurs.

Généralement destinée à faire revenir bon sens, hygiène et protection de la nature à l'esprit d'usagers que l'on imagine fort bien les forces entièrement tournées vers l'entière réalisation des objectifs qui leur sont confiés, elles sont comme un poil à gratter dans une micro-société qui ne sait même plus ce que c'est (le poil à gratter).

Il y a la note du vengeur masqué qui menace le coupable et ses descendants sur 50 générations des pires conséquences s'il ne rentre pas immédiatement dans le rang,

la note en Anglais au 2nd degré que personne ne comprend,

la note sanitaire à la formulation immuable où il est question de "retrouver ces lieux aussi propres que vous les avez trouvés" agrémentés d'image rigolote et vaguement démodée de la banque powerpoint,

l'injonction péremptoire (à peine) adoucie par un smiley et recouverte de gribouillis goguenards au Bic en moins de 2 jours,

la supplique d'un Winnie l'ourson qui veut juste de l'amour, des sourires et que l'on ferme la porte

la note truffée de fôtes que personne n'ose corriger tellement c'est énorme mais que tout le monde prend en photo pour la publier sur Twitter / Facebook / Instagram et s'attirer des torrents de likes.

la note avec UNE faute corrigée au Bic et que son auteur pense changer tout de suite sans jamais le faire de peur d'être démasqué et de porter longtemps sur son front l'étiquette infâmante "celui qui a fait la faute, si tu sais sur le mot dans la cafet pour qu'on fasse notre vaisselle. Comme si on avait que ça à faire, la vaisselle'"

Un jour on fera des best of de notes et on en fera un Tumblr ou un blog comme celui des notes de voisins : chers voisins (hilarant)






lundi 3 juin 2013

Les pieds dans le plat (à gratin)


Plafond de verre

Je voudrais pas être chef de produit Mir.

Je serais tentée de verser dans les gros clichés machistes, de me prendre les pieds dans la lavette, de faire des promos spéciale fête des mères, de marier bulle et fleurs, de faire de l'humour subtil comme de la paille de verrre sur Tefal.

Comme dans cette pub là : rose et nacrée, ambiance doucement 50 shades of grey (il parait qu'elles adorent) et ongles manucurés de rouge (ça, tous les papas aiment les ongles rouges, ça leur rappelle leurs mamans et les congés payés) et parfum pétale de rose (la rose, parfum raffiné, beauté éternelle de la reine de fleurs)

Heureusement je ne suis pas chef de produit Mir. Ouf.

Je veux bien arrêter de faire du mauvais esprit mais là, je ne suis pas aidée, avouez.





LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin