lundi 13 juillet 2015

Ainsi parlait Renaud


Robert Kennedy et tout un tas de petits Kennedy sur l'eau 


Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus et les marins de Neptune.

Ainsi donc prenez un couple raisonnablement adapté à la vie citadine et plongez-les de manière prolongée dans un univers aquatique semi accueillant, accueillis par un vaisseau portant fièrement voilure et haubans.

Vous constaterez assez vite que la femme arrive généralement à bord chargée de tout un tas de "détails" sans importance, qui, au mieux feront hausser les sourcils de l'homme, au pire le feront soupirer bruyamment.

Détails au nombre desquels on trouvera une trousse de de toilette dépassant le strict nécessaire du marin composé tout le monde le sait d'une brosse à dent et.. d'une brosse à dent.
Elle a même pensé à la crème solaire (double haussement de sourcils)
Mais aussi des victuailles absurdes depuis que le scorbut a disparu des océans : fruits, légumes, oeufs frais et yaourts (alors que tout le monde sait qu'il reste 5 boites de Hénaff et 6 bières à bord et que ça suffira largement. Pour deux jours).
Sans oublier tout un paquetage de pulls, chaussettes, gilets, polaires, bonnets, écharpes pour affronter le mois de juillet sans avoir les jointures de doigts bleuies par la petite brise frisquette qui va les emmener d'un seul bord jusqu'à l'étape de ce soir. Un dressing 24 fils qui laisse perplexe l'homme qui ne supporte pas de porter autre chose que sa peau, en dessous de force 7, et encore seulement au près serré (non, parce qu'au portant, on est bien abrités, hein ?)

Une fois le port quitté sans regret et le moteur coupé dès la sortie du chenal, les différences chromosomiques se font encore plus criantes.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin