dimanche 18 octobre 2009

Pouce


Non, mais comment il nous parle Steve Jobs ? C'est quoi ces manières de nous intimer l'ordre de devenir des chevaliers modernes, toujours à la recherche de notre Graal à nous, sans faillir, sans se décourager jusqu'au jour où, quasi miraculeusement nous verrons la lumière - le job idéal - tah dah !
Mouais.

A tout bien réfléchir, je lui préfère la philosophie de Stefan Sagmeister.
Stefan Sagmeister est un graphiste-designer-artiste quarantenaire autrichien qui dirige un studio à New York. Il a pris l'habitude de fermer boutique à peu près tous les 8 ans pour prendre une année sabbatique.
Il dit avoir décidé de bouleverser l'ordre des choses.
Normalement la vie est divisée en trois temps à peu près égaux : apprentissage, travail, retraite.
Le gars Stefan s'est dit que c'était un peu tristoune comme manière de voir.
Alors il garde les trois étapes mais il appuie sur "fast forward" et "repeat" pour repartir les idées neuves régulièrement. Soit 7 années de réflexion réparties le long d'une vie comme des accomptes de retraite.
Pas pour se la couler douce aux Maldives, non plus. Mais comme une étape nécessaire pour remettre les cellules en ordre, les nettoyer et repartir avec un chouille d'enthousiasme dans la cohue du métro ligne 13 à 8 heures 30.

Est-ce que cette idée n'est pas hyper séduisante ?

Pas super facile à mettre en oeuvre je vous l'accorde - il faut se dire que pendant 7 ans on va mettre de l'argent de côté pour vivre libre une année ensuite, il faut travailler dans un secteur suffisamment peu frileux pour accepter ces mises en veille volontaire, il faut avoir sacrément confiance en soi pour se dire qu'au bout de cette année on repartira vraiment.

Mais imaginez comme ça ferait du bien de pouvoir se lever pas trop tôt le matin, lire le journal en buvant un café, écouter les conversations dans le troquet du coin, faire les courses et cuisiner, écrire un livre, aller voir des expos et s'occuper de ses voisins qui en ont besoin, peindre, reprendre des études de souffleur de verre ou donner des cours de caté.
Non ? Tout en prenant des notes, en réfléchissant à ce qu'on a envie de changer et ce dont on ne veut plus.

C'est peut-être illusoire, c'est sûrement idéal et un peu fou mais sans les idéalistes un peu fou, on ira où ?


PS : photo extraite d'un travail réalisé en 2004 "trying to look good limits my life"

2 commentaires:

  1. Ce que tu décris là, c'est presque ma vie .. et ce sera totalement ma vie dans un an et des petites bananes vu que j'aurai sixty et que je serai en retraite : peindre... écrire... boire un café en terrasse...cuisiner... me balader... aller au cours de gym en journée quand il n'y a personne... me faire un ciné... bouquiner...

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin