jeudi 31 mai 2012

Sur la tronche



Je voudrais rencontrer l'esprit vif et audacieux qui un jour est arrivé devant son client pour lui dire "vous savez, moi, je suis le fils naturel de l'Almanach Vermot et de Bruno Masure, et j'ai grandi en lisant l'Equipe et Gotlib. Vous allez voir, on va faire sourire la ménagère éreintée qui parcourt d'un air las les rayons sur-saturés de couleurs de son hypermarché pour faire un choix totalement cornélien entre 7 marques de cake aux fruits confits. Promis, les calembours à deux balles, c'est irrésistible".

Je voudrais le rencontrer, cet esprit vif et malicieux, et lui faire deux grosses bises sonores sur les deux joues.

C'est sans doute anecdotique, c'est sûrement insuffisant pour contrer la montée du chômage,  l'allongement de l'ourlet des jupes et l'augmentation du prix du gasoil.

Mais, purée, ça fait du bien, les bras chargés de céréales et de fromage blanc O%, à 15 heures 34 entre le tennis de la grande et le rugby du pas si petit, de tomber nez à nez avec une phrase aussi inutile que "à ne pas confondre avec les tronches de cakes" sur un paquet de gâteau simili anglais saturé de graisses toutes pareilles, et gorgé de sucre jusqu'au ras du plastique d'emballage.

Même que ça crée de l'impulsion d'achat, comme dirait Monsieur Kotler.






PS : j'adorerais être payée pour écrire un billet pareil, vous pensez bien. Mais même pas. Et pourtant j'en avais déjà parlé ici des marques propres de Monoprix. Et aussi.
PS 2 : sans rire, si vous connaissez le/la DC qui a vendu cette idée à Monoprix, dites-lui tout le bien que j'en pense.

2 commentaires:

  1. je vote pour l'ouverture d'un " monop " à Pau !

    Odile

    RépondreSupprimer
  2. Idem, pour une ouverture à Auch !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin