mercredi 15 août 2012

Les fauteuils et la mer



Deux fauteuils face à la mer.
D'un beau rouge profond et satiné. De ces couleurs qui résistent aux hivers et aux automnes sans y laisser des écailles.
Il faut partager un certain degré d'intimité pour s'y asseoir. Ils sont trop proches et trop seuls pour satisfaire un solitaire et on n'y arrive pas par hasard, là tout au bout du chemin.
On s'y tient avec une certaine tenue. Même en shorts et en espadrilles, difficile de s'y couler comme une  baleine échouée, le bois est trop dur, la cambrure trop rigide. Non, on s'y assoit confortablement avec peut-être un petit coussin sous les fesses, peut-être une jambe repliée sous l'autre mais de toutes façons avec les mains sur les accoudoirs et de toutes façons les yeux au loin.
Une fois le regard confié au courant de la mer, bercé par le mouvement des courants et des voiliers qui s'y balancent, l'esprit s'apaise, les idées se libèrent.
Peut-être que l'on peut parler alors.
Des bonheurs passés, de la douceur du présent ou des tourments de son coeur.

Ce sont des fauteuils pour vieillir ensemble.

2 commentaires:

  1. C'est joliment écrit. Aucun doute, ces fauteuils sont une invitation à la confidence.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin