mercredi 12 avril 2017

On est partis en croisière à Samoens

Slim Aarons - 'Snowmass Picnic' Aspen 1967 (tirage à vendre chez Yellow Corner)

Une semaine à la montagne pour des marins du dimanche de la côte Ouest qui croient que les spatules sont seulement dans le tiroir de la cuisine, c'est a priori prendre un poisson rouge et lui expliquer qu'il sera super bien dans un terrarium. Alors qu'en fait, il y a plus de points communs qu'on croit.

Avant :
- On part aussi chargés dans la voiture que si on envisageait un séjour de détox sur une île déserte : courses alimentaires, vêtements chauds, livres, magazines.
- On regarde la météo tous les jours
- On fait ses valises avec beaucoup trop de choses dedans

Sur les pistes :
- le sandwich avalé au grand air au déjeuner est le meilleur du monde.
- la première gorgée de bière fraiche les yeux fermés face au soleil arrête immédiatement les pendules
- Les monos sont hyper bronzés sauf sur sur les yeux
- On se tartine d'indice 50 - surtout sur le nez
- Heure après heure on s'enivre d'air frais et on réhabitue ses yeux à l'espace

En dehors de pistes :
- On a l'air ahuri, les yeux fatigués et la mine joyeuse.
- Le coca rouge tiède faute de frigo dans la voiture a le même goût délicieux que celui qu'on buvait petits dans le cockpit, le dernier bout amarré au ponton.
- On se demande, après 6 heures en territoire naturel et chaussé de caoutchouc et de plastique semi humide, si une paire de Ugg portée pieds nus n'est pas un véritable avant goût du paradis.
- On est mal sapés pendant une semaine et on s'en fiche complètement. Le maître mot est la chaleur et le confort. Legging, polaires chaussettes. Même pour aller chercher du pain. Voire pour aller diner au resto (le soir où on décide de se coucher après 20 heures)
- On dîne hyper tôt, on se couche hyper tôt, on dort tout de suite
- On lit rien du tout. Ou alors vachement.


La minute guide touristique après le saut :




Nous sommes partis à Samoens (on dit Samouin, à croire que dans les montagne on ne dit pas la fin des mots comme chamonI et AvoriA), dans le domaine du Grand Massif.
Le domaine skiable en coeur de saison s'étend sur 300 kilomètres (ça a l'air bien non ? Nous on n'a fait que les pistes vertes et une bleue mais on ne désespère pas de progresser). Le village est à 900 mètres d'altitude : moins ambiance "usine à pistes et combinaison siglée " que "Martine à la Montagne en mix Fusalp et Décathlon".

Le chalet où nous étions a trois logements : 2 chambres, 1 chambre et un duplex de 170 mètres carrés avec 5 chambres et 2 salles de bain.
Nous étions logés dans le duplex qui peut accueillir jusqu'à 12 personnes sans se marcher dessus.
La vue sur la montagne est fabuleuse, le silence hyper silencieux et l'équipement de la location super complet.
Le jeune propriétaire est un vrai Septimontain (le gentilé de Samoens) qui connait tous les bons plans et parle de son village avec un amour communicatif.
Vous pouvez découvrir d'autres photos et découvrir les disponibilités et les tarifs ici.




Le chalet est à 10 minutes en voiture des remontées mécaniques, à 5 minutes du centre de Samoens et à 2 minutes du Carrefour Market où on peut faire ses courses pour un prix tout à fait raisonnable (inutile de prévoir de casser son PEL pour les ravitaillements pendant la semaine).

Les bonnes adresses découvertes sur place :
- les fromages et saucissons de chez Violet sur le marché le mercredi et du grenier savoyard dans le village
- les jus et smoothies frais, healthy et très goutus de juspiter sur le marché et au magasin bio du village
- la brioche septimontaine aux myrtilles de Thierry Froissard à la Jaÿsinia dans le village aussi
- le rayon géant de tisanes Les Marmottes du Carrefour market.
- les cours de ski de l'ESI



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin