dimanche 9 septembre 2012

L'ennui


Leitmotiv de l'enfance, la litanie de "je m'ennuie" assortie de pas trainant, de détour par la cuisine et de séries télé débiles jusqu'à s'en faire péter les neurones disparait mystérieusement un jour.

On ne sait pas quand mais un matin on devient curieusement intolérant à ce état semi végétatif du dimanche après-midi.

La simple perspective de pouvoir s'ennuyer devient une espèce de mirage aux contours cotonneux et diablement attirants, mirage que l'on sait inaccessible et trompeur.

Et on se surprend à répondre d'un air agacé ces phrases honnies, que l'on s'était pourtant jurés de ne jamais prononcer, tellement elles nous paraissaient, inutiles, vides de sens, voire particulièrement représentatives de ce fameux fossés qui sépare les parents (qui n'ont rien compris) et les enfants (qui n'expriment que des demandes légitimes et vitales).

- Et si tu étendais le linge ?
- Tu as fini tes devoirs (comme si faire ses devoirs pouvait combler un quelconque ennui) ?
- Tu n'as pas un livre à lire ?
- Fais une sieste, tu as sûrement du sommeil en retard

Et tout en les prononçant on se sent vaguement coupables, un peu jaloux même de cette enfance qu'on a si hâte de quitter et dont - à y regarde de plus près pourtant - on aurait bien aimé profiter un peu plus.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin